Promenades à Bambois. Moulins, champs et Ravel. (2,4 - 3,6 ou 5,2 km)

Pourquoi ce « s » à promenades ? Parce que nous vous proposons 3 variantes pour cette promenade.

Comme pour les vêtements, elles se déclinent en 3 tailles : S (2,4 km) ; M (3,6 km) et L (5,2 km).

Le point de départ commun proposé est le parking de la station d’épuration, située dans l’angle des rues du Grand Étang et de la Plage, face à l’entrée du site du lac de Bambois.

Promenades S et L :
Empruntons à la sortie du parking, la rue de la Plage qui monte légèrement vers la gauche pour rejoindre le point C de notre plan.

Promenade M :
En sortant du parking, nous prenons en face la rue du Grand Étang jusqu’au point A, ensuite à gauche la rue Dommelen jusqu’au croisement avec la rue du Stierlinsart, (B) à nouveau à gauche pour rejoindre le point C. Peu avant le point C, vous avez aperçu les « maisons solaires ». Ces maisons sont appelées ainsi car leur conception, d’avant-garde pour l’époque, les fait bénéficier de la chaleur gratuite du soleil grâce à leurs grandes baies vitrées exposées au sud. Nul doute qu’on fait mieux aujourd’hui comme habitation passive ou semi-passive, mais il faut bien des précurseurs.

Tronçon commun aux 3 variantes :
Au point C, nous prenons le chemin empierré qui descend jusqu’au Moulin de la Bocame (D).

La Bocame, antique moulin sur la Biesme, tire son nom de l'allemand « pochhammer », marteau à écraser: c'était un moulin à makas pour écraser le minerai de fer « crayats » (voir le lieu dit ,,Les Forges" tout proche), d'où aussi cette graphie surprenante aujourd'hui de « Bockam ». Il devint plus tard moulin à eau pour le blé, et fonctionna jusqu'à la fin de la dernière guerre; sa pièce d'eau avait une pêche réputée.

Arrivés à la rue Neuve, tournons à gauche, la rue ici est en forte montée et sinueuse, tenons bien notre gauche car la visibilité est faible pour les éventuels automobilistes.

Moins de 100 m plus loin, nous trouvons le Ravel (point E) que nous empruntons à gauche.

Lorsque cette promenade est parcourue au début du printemps, le sous-bois est colorié de mille fleurs et la vue vers les étangs de la Bocame et du Petit-Vivier est très agréable.

Ayons une certaine attention vis-à-vis des cyclistes, qui, dans le sens de la descente peuvent atteindre sans effort 30 km/h.


Nous atteignons le « Point d’arrêt » (point F) qui était effectivement le point d’arrêt « Bambois-Plage » des trains de la ligne 150 Tamines-Dinant. 
Dans les années 50, pendant tous les étés des milliers de voyageurs débarquaient ici pour profiter de la plage du lac. Le dernier train de voyageurs a circulé sur cette ligne le 25 août 1962. La ligne reste posée « pour les besoins de la nation » (c’est-à-dire l’armée) et est sommairement entretenue jusque dans les années 2000 pour finalement être transformée en RAVEL à partir de 2008.

C’est ici, au point F, que les promenades S et M se séparent de la balade L de 5,2 km.

Pour rejoindre le parking de départ, prenez à gauche la rue du Point d’Arrêt, puis (au point J) le rue du Grand Étang.

Promenade L , réservée aux biens chaussés !
Depuis le point d’arrêt (F) les plus endurants et bien équipés grimperont le petit talus pour rejoindre un chemin agricole en G que nous suivrons entre champs et prairies.

D’abord entre des haies, puis dans un petit bois, notre chemin repérable grâce aux ornières des tracteurs devient parfois très boueux, voire marécageux sur +- 150 m. La possession de bâtons de marche est un plus, mais le passage reste possible en passant d’un côté à l’autre des ornières.


Au sortir du petit bois, c’est tout droit dans l‘herbe jusqu’au carrefour H. Prenons à gauche. Nos bottines sont un peu nettoyées mais pas pour longtemps, car un nouveau passage boueux nous attend après être passés sur un petit pont de bois au-dessus du ruisseau de Belle Eau, un des 2 ruisseaux qui alimentent le lac de Bambois. 
(L’exutoire du lac donne naissance au Ry de Fosses qui se jette dans la Sambre à Auvelais).

Ce passage boueux est heureusement assez bref et, après une courte côte, nous nous retrouvons sur le Ravel (point I) que nous suivons vers la gauche pour rejoindre le Point d’Arrêt puis le parking. 

Au point I, nous avons parcouru environ 3,6 km depuis le point de départ et il reste environ 1,5 km pour rejoindre le parking en suivant le Ravel. Mais peut-être êtes-vous des grands marcheurs ? Il est possible d’allonger la balade qui devient alors XL !

Variante XL pour les grands marcheurs :
Au point (I), au lieu de prendre le Ravel, traversez-le et montez le chemin en face (encore de la boue possible), au sommet de la côte vous trouverez un magnifique chemin forestier que vous suivrez tout-droit jusqu’à la route asphaltée qui relie le village de Maison à Bambois. 
Prenez à gauche la rue de la Fontaine (à Maison)/rue de Maison (à Bambois), sautez la route qui mène au camping, puis prenez à gauche la rue de Doye, et encore à gauche la rue du Grand-Étang.


Ce supplément de 3,3 Km fait que la balade XL approche les 7 km.

Nous vous recommandons également les promenades préparées et balisées par le syndicat d’initiative de Fosses-la-Ville dont par exemple http://www.fosses-la-ville.be/IMG/pdf/Circuits_de_Belle_Eau.pdf

Le lac de Bambois
Le Grand Étang de Fosses ou «Li Grand Vévi» fut créé au Moyen Âge et pendant des siècles, la Principauté de Liège réglait les conditions d’affermage et se réservait le droit de pêche.
Une infrastructure touristique fut installée dès 1946 avec baignade, pêche, restaurant, Pédalos et voiles au bord d’une plage de sable blanc aménagée. Ceux qui avaient eu le coup de foudre pouvaient s’installer dans les campings avoisinants et même se décider à bâtir leurs logis.
La campagne de Bambois s’est alors urbanisée sans tenir compte de l’impact des eaux usées sur le lac.
En 1974, c’est la faillite : les bâtiments laissés à l’abandon sont vandalisés, l’eau nauséabonde empêche la baignade et la nature dépérit; il restera un lieu pollué durant une vingtaine d’années.
La réhabilitation du site a été confiée à l’IDEF «Institut pour le Développement de l’Enfant et de la Famille». Cette asbl a la volonté d’y réaliser une vitrine sur le développement durable alliant sauvegarde de l’environnement et promotion de la qualité de la vie des individus.
Afin de concrétiser ce choix, l’IDEF a reçu l’appui des pouvoirs publics régionaux, provinciaux, des instances communales et des scientifiques.
Depuis 1994, l’eau des égouts est épurée par une station d’épuration. La baignade est à nouveau possible et la nature sauvage est gérée sous un angle Natura 2000. Les jardins du lac sont agréablement fleuris en mai et juin.
Ouvert de fin avril à début octobre.

Rens. : www.lacdebambois.be